top of page
Rechercher

Comment choisir son psy ?

Dernière mise à jour : 6 févr.



Prendre la décision de se faire accompagner est une étape importante dans la démarche de thérapie, mais c'est une décision qui peut aussi nous placer face à une terre inconnue : comment choisir mon psy ?


Derrière cette interrogation, il y a d'autres questions sous-jacentes : comment faire la différence entre tous les professionnels, comment choisir le bon interlocuteur ? Mais aussi, comment savoir si c'est un bon "match" et à quoi repérer un professionnel de confiance ?


Psy & psy : différents professionnels pour différentes approches


Il y a donc déjà le besoin de faire la différence entre tous les professionnels du domaine.

Les éléments que je vais vous transmettre sont bien entendu très généraux, avec une intention de clarification et chacune de ces catégories comporte ses différences et subtilités.


Les psychiatres sont avant tout des médecins, qui peuvent prescrire des médicaments et ont une compréhension médicale des différents troubles psychiques.

Les psychologues ont suivi un cursus universitaire qui les forme à diagnostiquer et prendre en charge différents troubles et mécanismes psychiques, ils ont chacun leur spécialité (TCC, psychotrauma, analyse, etc.)

Les psychanalystes proposent et ont suivi une psychanalyse, dont le but est principalement la prise de conscience des blessures originelles d'enfance et la façon dont elles impactent le présent.


Les psychopraticiens (le terme de psychothérapeute est réservé aux psychologues et psychiatres), dont je fais partie, ont suivi une formation de plusieurs années à la pratique de la psychothérapie. La psychothérapie est un accompagnement des personnes dans leurs souffrances, difficultés et questionnements de vie, sans notion de trouble ou pathologie, avec l'intention d'une plus grande conscience de soi et l'exploration de nouvelles façons d'être et de vivre qui soient plus ajustées pour elles, et donc de vivre mieux.


Et enfin il y a les praticiens qui exercent d'autres formes de thérapie que la psychothérapie, comme l'art-thérapie, l'hypnothérapie, les approches corporelles etc.


Pour vous aider à choisir le métier et l'approche, je vous conseille d'identifier quels sont vos besoins, de vous renseigner sur quelques approches et surtout de "sentir" si ce que le professionnel partage de sa façon de travailler résonne avec vous, semble faire "tilt" et être la bonne direction.


Je vais d'abord détailler le métier de psychopraticien, qui est le mien, puis vous communiquer quelques éléments pour vous aider à choisir la bonne personne pour vous.


Un psychopraticien c'est quoi ?


Un psychopraticien est un professionnel formé à l'accompagnement en psychothérapie, qui est certifié dans sa discipline, qui a effectué un travail personnel important et qui se forme en continu.


En principe, un praticien en psychothérapie doit avoir suivi une thérapie personnelle qui lui aura permis d'éclairer ses propres enjeux intérieurs et de dépasser un certain nombre de défis existentiels, pour pouvoir accompagner d'autres personnes sur ce même chemin et éviter de projeter en thérapie ses propres vécus et visions.


En plus d'acquérir une formation professionnelle à l'accompagnement qui s'appuie sur une approche théorique spécifique (voir ma page Psychothérapie qui présente mon approche humaniste existentielle), le psychopraticien devrait s'engager dans un processus de formation continue sous différentes formes, notamment la supervision pour continuer à affiner sa conscience, ses connaissances et compétences.


Après avoir choisi l'approche et le style qui correspondent à vos besoins en vous renseignant sur la façon de travailler du professionnel que vous envisagez de consulter, je vous conseille de chercher des renseignements sur sa posture d'accompagnement, sa déontologie et son éthique, à travers ce qui peut être écrit sur son site, en lui demandant des informations à ce sujet ou en observant ce qui se manifeste à travers les interactions. Ces éléments seront autant de garants d'un cadre de travail sécurisé et profitable.


Bien qu'il n'y ait pas de règle gravée dans le marbre concernant la posture professionnelle, je vais vous proposer quelques points que vous pourrez chercher à identifier et ensuite trier ce qui est important pour vous là dedans.












Comment choisir la personne, savoir si c'est un bon "match" ?


Et bien déjà c'est important de poser que vous avez le droit de choisir, de vous sentir à l'aise dans la relation. Etre prêt à plonger en soi n'est pas synonyme d'accepter de le faire dans toutes les conditions. Et ça c'est valable en amont du choix ou pendant l'accompagnement, vous êtes toujours libre.

Après tout la thérapie vise à développer votre capacité de choix et d'autonomie donc faites vous confiance ! C'est ce que recouvre la notion de "feeling" nécessaire, qui est à la fois une sensation et une intuition.


Nuance : sentir de l'inconfort en séance pendant la thérapie peut (et va) arriver, c'est lié au processus et vous pouvez en parler à votre thérapeute. Si vos ressentis sont très difficiles, je vous conseille vraiment d'en parler pour dénouer ça ensemble. Mais là je fais davantage référence à un malaise persistant dans la relation avec votre thérapeute.


Au-delà de ce feeling nécessaire, un certain nombre d'éléments contribuent donc selon moi à établir un cadre de travail sécurisé et une relation de confiance : ce qu'on appelle l'alliance thérapeutique. Encore une fois ce n'est pas universel, je vous partage des éléments que je trouve importants et je vous laisserai discerner ce qui vous parle ou pas :


  • Vous sentir compris et entendu dans votre demande et adhérer à la proposition thérapeutique qui est faite en réponse

  • Absence de jugement ou d'opinions sur ce que vous partagez, le thérapeute ne vous impose pas sa propre vision des choses, il cherche à vous aider à formuler la vôtre

  • Les interprétations sont amenées comme des hypothèses dont vous discutez ensemble, comme des propositions pour envisager les choses autrement et dénouer ce qui vous pose problème (plutôt que comme des vérités assénées)


  • Le thérapeute ne pathologise pas votre vécu ou n'étiquette pas vos fonctionnements sans chercher à les comprendre, à moins d'être psychiatre ou psychologue ou de reprendre des termes que vous utilisez et qui ont du sens pour vous ; dans tous les cas sans notion de défaillance ou de culpabilité


  • Vos ressentis sont les bienvenus, quels qu'ils soient, et valides, dans le sens où personne ne peut en nier la légitimité. Ils ont toute leur place. Ce sont les conclusions tirées qui seront questionnées


  • Vous sentir serein et confiant d'être vous-même en séance, vous sentir encouragé à l'être et accueilli dans tout ce que vous êtes


  • Bienveillance et empathie. Vous vous sentez entendu, compris dans ce que vous partagez. Vous vous sentez regardé favorablement et vous sentez que le thérapeute a votre meilleur intérêt à cœur


  • Le thérapeute cherche à vous "rencontrer", vous connaître vraiment, vous pose des questions pour vous comprendre et éviter ainsi les projections et conclusions hâtives. Il s'intéresse à votre vécu des choses, à votre point de vue et il le respecte


  • Et surtout, la thérapie et le thérapeute visent votre autonomie, à renforcer votre capacité à penser par vous-même, à déterminer votre autorité personnelle, quitte à ce que vous ne soyez pas d'accord avec lui et à acquérir de nouvelles ressources et compétences / connaissances qui justifieront la fin de la thérapie.


Et bien voilà, dans cet article je vous ai parlé d'un certain nombre d'éléments qui vous aideront, je l'espère, à bien choisir votre psy et vous donner les meilleures chances d'un travail constructif. Il restera ensuite votre implication à vous et l'ouverture dont vous pourrez faire preuve en fonction du niveau de confiance que vous ressentirez.




 

Pour ceux qui le souhaitent, je vous partage ci-dessous ma manière d'incarner les différents points que j'ai soulevés dans l'article.


Ma formation, mon approche et ma pratique


Dans mon cas, j'ai suivi une psychothérapie de 8 ans, une part significative de ma formation a consisté dans l'acquisition d'une lucidité assez fine de mes façons d'être et de mes représentations dans toutes les sphères de ma vie et je me suis engagée dans une démarche de perfectionnement continu qui inclut la supervision régulière de mon travail, l'échange entre pairs et le développement de mes connaissances / compétences. (Vous trouverez l'intégralité de mes engagements et de ma déontologie dans la page Mes valeurs.)


J'ai choisi de me former à l'approche existentielle humaniste comme base de ma pratique parce que je crois vraiment à l'importance de dénouer ce qui se joue en profondeur au-delà des symptômes ou situations de surface.

J'ai également choisi cette approche car selon moi seul un réel dialogue sans analyse préconçue permettra vraiment à la personne accompagnée de développer plus de conscience d'elle-même, d'accoucher de ses propres vérités et se réapproprier sa vie en limitant l'influence de l'accompagnant.


Je la trouve très respectueuse et en même temps elle permet de détecter les angles morts, dénouer les blocages, avec toujours comme ligne directrice le développement du sentiment de capacité de la personne à déterminer pour elle-même ce qui lui semble le plus juste, au plus près de sa singularité et en intégrant ce qui ne peut être changé.


Et enfin ce qui en fait toute la valeur et toute la force est sa dimension globale : elle est à la fois basée sur la réflexion mais également sur les émotions, le vécu corporel et les intuitions et s'intéresse à toutes les facettes de l'existence (la réalité matérielle et concrète, les relations et la sphère sociale, la relation à soi-même et les valeurs, les systèmes de croyances quels qu'ils soient).


Cette approche est mon socle, et je pratique de manière intégrative en incluant les apprentissages de mes formations continues pour approfondir, compléter et améliorer ma pratique. Travailler en complémentarité est une valeur forte chez moi, que ce soit pour savoir réorienter mes clients quand nécessaire, me mettre en lien avec d'autres professionnels pour améliorer mes suivis ou enrichir ma façon d'exercer par de nouvelles connaissances.


Comme j'ai conscience que le choix d'un thérapeute est important, je propose aux personnes qui me contactent un premier appel gratuit d'une trentaine de minutes pour leur permettre d'avoir un premier contact et ensuite planifier sereinement une première séance où nous prendrons davantage le temps de faire connaissance et de voir comment travailler ensemble.


N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.



Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page